Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le quotidien d'une retraite ordinaire

  • Seule avec Bibou

      Lorsque ma belle-fille m'a demandé si je pouvais, en juin, garder Bibou 10jours (pour qu'elle puisse aller corriger le CAPES en Martinique)j'ai accepté. Comment ne pas lui rendre ce service pour qu'elle puisse aller en Martinique et comment ne pas profiter de Bibou.

       Mais la période approchant, je commençais à angoisser. 10 jours c'est long et je m'imaginais bien fatiguée.Finalement tout s'est super bien passé.Il n'y a eu qu'une seule journée où j'ai vraiment attendu qu'il se couche pour souffler.
      Ce furent 10 jours consacrés à ce sacré bonhomme. Il lui faut de l'action, des occupations, et les visites de son cousin.

      WP_20160603_17_16_10_Rich.jpgNous avons donc fait du véloWP_20160606_11_16_27_Pro.jpg

     Nous sommes allés nous promener et nous tremper dans le Gardon

     

     

     

    WP_20160605_13_22_38_Pro.jpgNous avons passé la journée au château des Baux de Provence avec son cousin et sa maman.WP_20160604_17_49_21_Pro.jpg

    Nous avons eu quelques temps calmes de peinture, coloriage, jeux sur la tablette

    WP_20160608_15_47_54_Pro.jpgNous sommes allés à la plage avec le cousin et son papa

     

     

    WP_20160609_11_35_02_Pro.jpgNous sommes retournés à ColliasWP_20160610_17_28_09_Pro.jpg

    J'ai même fait venir une petite copine

    Et je ne parle pas des courses, du marché, des balades avec le chien. Bref 10 jours bien chargés mais qui m'ont remplie de bonheur. C'est un amour, épuisant certes, mais un amour !

      WP_20160611_09_54_37_Pro.jpgEt pour finir, je l'ai ramené en train jusqu'àWP_20160611_11_20_50_Pro.jpg Paris et là aussi, aucun problème dans le train.

      Au retour vers Avignon, j'étais avec les supporters anglais de l'EURO et ce fut infernal. Une fois à la maison, un peu abasourdie, j'ai retrouvé un calme que j'avais perdu, un peu trop calme même !

     

      Il y a quelques jours j'ai gardé Bibou deux jours et un après-midi, j'ai même géré mes deux petits-fils. Ils ont étéWP_20160713_17_03_25_Pro.jpg WP_20160713_14_03_31_Pro.jpgmignons,entre le repas à Mac Do, les jeux du parc de St Quentin, un bain express dans la piscine dont l'eau était vraiment fraîche, un temps calme de WP_20160713_15_51_40_Pro.jpgdessin et l'apprentissage de la WP_20160713_17_31_54_Pro.jpgmarelle.

      Après-midi fatigante pour la vieille mamie que je suis, mais un super après-midi pour la mamie amoureuse de ses pious-pious.

  • Le temps des vacances

       Le temps des vacances a commencé mi-juin, par l'arrivée de ma sœur pour une semaine. Semaine fort occupée d'ailleurs. Hormis les deux visites à maman, WP_20160619_15_28_04_Pro.jpgnous avons passé une journée au "Colorado provençal" avec un chaud soleil. Ce sont de magnifiques paysages. Premier coup de soleil pour ma sœur.

       Nous avons également marché dans les Gorges du GardonWP_20160620_13_58_35_Pro.jpg de 10h à 15h . Grosse chaleur et grande marche que nous avons terminée par un petit bain dans le Gardon. Autre bain en méditerranée avec une journée au Grau du Roi. Nous WP_20160621_20_08_25_Pro.jpgavons également profité de la Fête de la musique à Uzes.

      Avant qu'elle ne reparte pour le Nord, nous avons fêté la StWP_20160624_22_11_31_Pro.jpg Jean par une soirée bien sympa organisée par l'amicale et terminée par un grand feu. Bref une semaine de vacances.

      Après son départ, 3 jours pour préparer la maison pour d'autres hôtes. Mon fils cadet et sa petite famille. Eux restent 3 semaines. WP_20160710_17_50_21_Pro.jpgMoins de balades mais la fête des voisins, des bains dans la piscine, des visites de mon aîné avec son fils, des barbecues....

      Le mois d’août va me sembler bien solitaire et bien long. je ne pars pas, mais comme ils me disent : "Tu vis en vacances."

     

  • Encore bien fragile

    J'essaie de suivre mes nouvelles résolutions. Je positive un maximum, je me sens mieux, je plaisante davantage, je chantonne plus volontiers..... Et puis, il y a les coups de téléphone répétés de l' EHPAD où se trouve maman pour me faire retomber vers la morosité.

      Maman tombe, presque chaque jour et parfois quand elle est épuisée, plusieurs fois par jour. La plupart du temps, ça se termine avec quelques bleus. Mais elle s'est déjà cassé le fémur ce qui lui a valu un séjour à l'hôpital, une opération et un moment pour retrouver ses marques.

      Rien de tel en ce moment, mais une chute importante lui a causé une perte de conscience, des hématomes plein le visage et une vilaine bosse au front. L'infirmière m'a alors demandé la permission de pouvoir l'attacher à sa chaise pour lui permettre de manger calmement et de se reposer. J'ai accepté pour deux heures le soir car lors de ma dernière visite elle m'a fait mal : bosse, bleus, maigreur excessive et fatigue.

       Hier, de nouveau un coup de fil :de nouveau une chute importante, de nouveaux bleus, une grosse bosse de plus .... Et une demande pour pouvoir l'attacher également deux heures à midi.

      Dilemme : dois-je autoriser deux heures de plus en sachant que les 10 premières minutes elle le vit très mal mais que ça lui permet de se reposer car sa maladie la pousse à arpenter les couloirs. Ou dois-je la laisser marcher toute la journée jusqu'à l'épuisement et risquer que les chutes se succèdent à un rythme toujours plus fréquent ?

      Prendre des décisions pour la vie de sa mère en sachant qu'aucune n'est bonne, c'est difficile et mes larmes ont réapparu.  J'ai reperdu un peu de cette joie qui réapparaissait et j'ai choisi la contention 4h par jour .....