Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le quotidien d'une retraite ordinaire

  • Amicale Laique de St Victor des Oules

    Lorsque j'étais présidente de l'ACIM (association de la piscine de Montataire (60)) j'étais la plus âgée. Dans cette nouvelle association : L'Amicale Laïque de St Victor, dont je suis la trésorière depuis septembre 2015, ce n'est pas le cas. Ce n'est pas vraiment une assos de jeunes et les membres du bureau sont tous féminins, mais c'est une assos bien sympathique. J'ai vraiment été accueillie très gentiment. et depuis septembre j'ai vraiment sympathisé avec plusieurs de ses membres. Il y en a une qui vient parfois avec moi pour promener le chien, une autre qui s'occupe de mes chats lorsque je m'absente. Il m'arrive de boire le café et j'ai même été invitée une fois à dîner. Je trouve que c'est un bon début.

      En dehors de "ces à côtés" , nous organisons des activités diverses. Chaque lundi nous faisons une grande balade, dont mon chien profite, et je découvre les environs. Nous avons fait une journée "aïoli"WP_20160320_13_59_02_Pro.jpg, je n'ai jamais épluché autant de légumes ....Mais c'était bon. Nous avons organisé une après-midi lecture (diversement appréciée) , une soirée "Fado-FadaWP_20160521_22_08_26_Pro.jpg. Bonne chanteuse, bonne danseuse, mais les inconditionnels du Fado aurait préféré un autre titre car il parait que ce n'était pas du Fado..... Bonne soirée tout de même. Et chaque mercredi nous avons des "Loisirs créatifs" pour les petits. Çà me permet de m'occuper de temps en temps d'enfants.

      En juin nous avons des projets : une grande balade et qui sait une baignade, le long du Gardon avec pique-nique, un voyage d'une journée dans le Lubéron et WP_20160527_15_13_35_Pro.jpgles Ocres , les feux de la St Jean et pour finir une brocante.

         Je me plais dans cet assos et elle me permet d'avancer dans ma reconstruction.

  • Choix de vie (2)

    V__8F62(1).jpgFaire son choix de vie ! Je suis d'accord avec cette idée mais ce n'est pas pour cela que c'est facile. Quand je vois la manière d'être angoissée avant ma visite d'hier à maman et la nuit que j'ai passé après, ce n'est pas gagné !

      Pourtant, suite à mes deux visites médicales, j'ai acheté les deux livres recommandés ( je vais bientôt commencer : L'homme qui voulait être heureux) J'espère que cette lecture portera ses fruits ....

      En attendant, je me suis servi du bonhomme allumettes. Je n'arrive pas à savoir si ça a marché. C'est vrai qu'hier en partant de l'EHPAD je me sentais moins accablée et j'espérais mais cette nuit je n'ai dormi que 3h30 .....

      J'ai du travail. Je dois continuer à me botter les fesses pour bouger un peu plus, pour moins vivre dans mes pensées et mon bazar. En fait ça n'est pas plus clair dans ma tête que dans ma maison.....

        Mais je compte sur ma famille, "ma force", mes amis et les deux associations auxquelles j'appartiens pour y arriver. Il faut que je me libère du lien de dépendance, qui en plus du lien affectif, me lie à maman Ce lien existe depuis plus de cinquante ans, ça ne va pas être facile !

  • Choix de vie (1)

       Le lundi après-midi, j'avais rendez-vous avec mon médecin pour mon renouvellement d'ordonnance. Comme mon médecin me trouvait éteinte, il m'a fait un peu parler de mes relations avec ma mère. Je suis remontée jusqu'au divorce de mes parents quand pré-ado, je restais sur les marches d'escalier face à la porte de la salle à manger fermée et écoutant mes parents se disputer jusqu'à ce que ma mère en pleine crise de nerf se tape la tête contre les murs. Là, j'intervenais en appelant le docteur qui venait calmer maman d'une piqûre.

      Le médecin m'a fait alors remarquer que déjà je m'occupais de maman . Je lui ai également raconté combien maman a mal vécu son divorce, sa tentative de suicide et son refus de se faire aider par un psy. Le médecin m'a alors fait comprendre que maman avait fait son choix de vie. Qu'en aucun cas je n'avais pas de responsabilité et surtout que je n'avais pas à prendre ma peine sur mes épaules. Que je devais couper cet énorme cordon qui nous relie, car il n'était pas dit, dans mon état psychique actuel, que si maman disparaissait je me sentirais mieux. Pour m'aider, il m'a conseillé de regarder sur internet ; "Le petit bonhomme d'allumettes".
    C'est une méthode qui permet au subconscient de faire une coupure avec une relation de dépendance avec une autre personne.

       Le lendemain matin, j'avais rendez-vous avec la psy de la clinique de l'angoisse et pendant notre discussion, elle a tenu le même langage que mon médecin la veille. Cela m'a vraiment fait réfléchir. C'est maintenant que je dois faire un choix de vie.